26 nov. 2016

Exposition & lecture / Toulouse / 2-3-4 décembre




du vendredi 2 au dimanche 4 décembre 2016  
"L'Atelier fait boutique" 
8 rue de l'Etoile / Toulouse

Hélène Jous et Karine Marco ouvrent leur atelier à Cérette Meyer, Marie Frécon, La Juponnerie, Mlle, Hélène Barros, aux éditions de La Lanterne  
et aux éditions Le Grand Os

vendredi de 14 à 19h
samedi de 11h à 19h
dimanche de 11h à 17h
entrée libre

+ Lecture d'Ana Tot
le dimanche 4 déc. à 15h 

6 nov. 2016

Lecture de Occident Express par le Muerto Coco / Toulouse et Montpellier



Lecture intégrale de Occident Express d'Andrea d'Urso 
(trad. de l'italien par Muriel Morelli, Le Grand Os, 2010)

 
Mardi 22 novembre 2016 à 19h30 
à la Cave Poésie René Gouzenne de Toulouse 
dans le cadre des Rugissants 

Jeudi 24 novembre 2016 à 19h 
à La Baignoire (lieu des écritures contemporaines) 
à Montpellier 

28 oct. 2016

Salon L'Autre Livre / 11-13 nov 2016 / Paris




Le grand os vous attend sur le stand D-07 au 14e salon international des éditeurs indépendants, L'Autre Livre, qui se tiendra à l'Espace des Blancs-Manteaux, dans le Marais, à Paris, du vendredi 11 au dimanche 13 novembre 2016

L'occasion de rencontrer les auteurs Ana Tot et Laurent Albarracin, ce dernier présentera en outre les ouvrages qu'il édite au Cadran ligné.
  


Salon L'Autre Livre


Espace des Blancs-Manteaux


48 rue Vieille-du-Temple


75004 Paris 


(Métro Hôtel de Ville)



Entrée gratuite 





vendredi 13 / 14h-21h


samedi 14 / 11h-21h


dimanche 15 / 11h-19h

31 août 2016

Le Grand Os à Cahors | 3 - 28 sept



 

Du 3 au 28 septembre 
  
Exposition LE GRAND OS      

éditions & livres d'artistes
+ peintures de León Diaz Ronda
+ photographies de Alain Moïse Arbib
 

Vernissage le samedi 3 septembre à 11h30 
  

samedi 24 septembre : 

- 14 h - 17 h : Atelier d'écriture autour des éditions Le Grand os 
proposé par l'Humus des mots
  
- 17 h 30 : Rencontre et lecture bilingue français-espagnol 
par Aurelio Diaz Ronda et Huilo Ruales Hualca 
 

4 août 2016

méca / Ana Tot




titre : méca : camées
auteur : Ana TOT 

éditeur : Le Cadran ligné

72 pages / 13 x 20 cm / dos carré cousu 
isbn : 978-2-9543696-5-5 

parution :  juin 2016

13 € 


Extraits : 


Revue de presse :

« Il y a une logique dans tout ça. Et la logique, dans ce petit livre, importe. Quand bien même elle tient parfois du syllogisme. Une logique inquiète, qui inquiète celui qui s’inquiète et tente alors de tirer ça au clair. Beckett n’est pas loin, il rode. Comme un fantôme amical plutôt que comme une présence écrasante. »  
Guillaume Contré, Le Matricule des anges n°177, octobre 2016. Lire tout l'article

 « A Machin, Machine, Ana Tot parle, non sans humour et facétie, de moult machins-trucs existentiels, en le faisant en marche avant dans un 'en avant, marche!', faisant parfois machine arrière, en parle et reparle en sens giratoire et en girouette, en sens versé inspiré, traversé, inversé, renversé, expiré, sensé, et insensé censé sensé. » 
Isabelle Dalbe, Où va écrire ?, 1er oct. 2016. Lire tout l'article 

« Le lecteur est plus immédiatement sensible au fait d’être emporté dans un labyrinthe de mots et d’être contraint de relire pour saisir le fonctionnement d’une rhétorique souvent subtile. Emporté aussi dans la jubilation d’une écriture qui joue sans cesse avec la syntaxe ou, parfois, avec des consonances en série (...) Et séduit par un lyrisme discret, quand la narratrice, à plusieurs endroits, se dédouble (...) On relit plusieurs fois ce petit livre foisonnant de vie. »
Tristan Hordé, Sitaudis, 21 sept. 2016. Lire tout l'article 

« Esquivant tout systématisme malgré sa hargne systémique, s’appuyant sur l’humour pour faire affleurer l’éventuel tragique, la machine méca, par sa scansion performative, se mue lentement mais sûrement en traité de savoir-survivre : dans la langue, à sa périphérie, avec les armes du corps articulant. A cet égard, les derniers textes du livre – disons les trois ou quatre derniers – montrent si besoin est que toute linguistique incarnée est une machine de guerre. » 
Claro, Le Clavier cannibale, 3 sept. 2016. Lire tout l'article 

« La lecture du poème est semblable à une coulée de lave, à la pointe de laquelle bout la pensée comme un événement ; la parole travaille, se fait travailler dans le poème jusqu’à ce que des énoncés doués de signification — et même proprement philosophiques parfois — émergent — à la surface — comme un hoquet du sens. À mi-chemin du textualisme et du spéculatif, comme si Hegel était une possibilité, un événement de Pennequin. » 
Pierre Vinclair, Poezibao, 8 août 2016. Lire tout l'article 

« En partant d'expressions courantes telles que "tomber sur", "être attaché à", "pour en finir avec", "être dupe", de situations cocasses ou de la découpe d'un saucisson, l'auteur nous entraîne dans la mécanique d'une langue qui prolifère et s'affole, où la pensée se construit et se déconstruit tour à tour. Répétitions, paradoxes, combinaisons, variations obsédantes participent d'une expérience de lecture vertigineuse. » 
Romain Verger

6 juil. 2016

À propos de "Ainsi fut fondée Carnaby Street" (4)




Eric Darsan a lu Ainsi fut fondée Carnaby Street et nous livre ses impressions dans une chronique puissante, collant au plus près, sur le fond comme sur la forme, au texte du jeune Leopoldo María Panero. Extraits :
"Cosmogonie. Psychanalyse des contes défaits. Instantanés. Polaroïd. Tables de la Loi et tabloïds. Fables déphasées. Mythologie enfantine. Enumération. Accumulations. Strates. Poétique des ruines. Pulp fiction. Comics. Strips. Bandes dessinées, découpées, flip-book dont le fil de la reliure serait rompu, les cartes mélangées. Miroirs en bris lancés à l'inconscient du lecteur. Qui retombent en pluie et fracas aux pieds de celui-ci, emportant avec eux un visage qu'il croit être le sien. Portrait d'une époque à laquelle il n'eut peut-être cru ni vrai ni même bon d'appartenir, et dans laquelle cependant il se reconnaît bel et bien. Et quand ce lecteur, surpris et inquiet, se baisse pour le récupérer, il lui renvoie par ricochet, en plein entre les deux yeux, les apparats d'un temps qu'il revêt malgré lui. (…) 
Prophéties. D'un Monde (révolu). De Mondes engloutis (depuis). Le Monde des adultes, consenti, résigné, évident, de l'esprit de sérieux. Monde mimé. Simagrées. Monde de « petits singes disséqués ». Capsule temporelle. Regrets éternels. Name dropping, nommagite aigüe, lâcher de noms qui résonnent plus ou moins, c'est selon. « King kong assasssiné. Comme Zapata. Pourquoi pas Maïakovski. Ou même Pavese. » Marina Tsvetaïeva. Martyres et révoltés, tous sacrifiés pour avoir joué le jeu d'une façon ou d'une autre. Icônes qui déconnent. Déconnectées. Figées à tout jamais. Echos de Jim (« Aujourd’hui les portes de toutes les salles de projection sont faites d’acier. Le cinéma exclut-il la lumière ou inclut-il l’obscurité ? » Arden lointain). Le poème de Sacco et Vanzettti. Le poème d'Hercule Poirot. Hommage à Dashiell Hammett. Hommage à Caryl Chessman (et mode d'emploi des chambres à gaz américaines). Hommage à Bonnie and Clyde. Hommage à Leopoldo María Panero, mort il y a deux ans à peine." 
Eric Darsan, Lire l'article complet

Ainsi fut fondée Carnaby Street, de Leopoldo María Panero
Traduit de l'espagnol par Victor Martinez et Aurelio Diaz Ronda. Le grand os, 2015


8 juin 2016

Marché de la poésie 2016 / Paris



Le grand os et les éditions Fissile 
au 34e Marché de la poésie, place St Sulpice, à Paris 6e
8 - 12 juin 2016

Attention ! Nouvel emplacement 
stand n° 506 B 

L'occasion de découvrir les traductions récentes, parues aux deux enseignes, de l'espagnol Leopoldo Maria Panero




On y trouvera aussi méca, le tout dernier livre de Ana Tot publié par les éditions Le Cadran ligné




Place Saint-Sulpice

Paris 6e 

mercredi 8 juin : 14h-21h30

jeudi 9 : 11h30-21h30

vendredi 10 : 11h30-21h30 

samedi 11 : 11h30-21h30 

dimanche 12 : 11h30-20h 



stand 506 B

27 févr. 2016

Mensonge #09 | Béatrice Darnal & Ana Tot



titre : Mensonge #09 : Juste une image 
images : Béatrice Darnal 

textes : Ana Tot 
conception graphique : Jean-Pierre Bos pour FluxTendu 

32 pages couleurs sur papier brillant / couverture souple / 22 x 28 cm 

parution : février 2016

17 (+ 1,50 € frais de port) 


ACHETER

Feuilleter l'ouvrage en ligne

24 févr. 2016

À propos de "Ainsi fut fondée Carnaby Street" (3)


Carnaby Street, 1968 (anonyme)

Voici la note de lecture que Michel Ménaché consacre à Ainsi fut fondée Carnaby Street, de Leopoldo María Panero, dans le numéro 1041-1042 de la revue Europe
" Leopoldo Maria Panero, récemment disparu, fils d’un auteur franquiste, essayiste, nouvelliste, traducteur, fut un météore de la poésie espagnole. Réagissant à la dictature, il connut la prison, expérimenta les stupéfiants, subit l’épreuve de l’internement psychiatrique et fit plusieurs tentatives de suicide. L’ouvrage réunit trois ensembles. Publié en 1970, à l’âge de 22 ans, Ainsi fut fondée Carnaby Street, dédié aux Rolling Stones, en constitue la première partie. Suivent Tarzan trahi puis Autres poèmes. L’écriture relève du poème en prose, dans la lignée d’Aloysius Bertrand, pour les tableaux insolites, de Lautréamont, pour la cruauté ludique et, hors parenté littéraire, d’un Pierre Dac ou d’un Alphonse Allais pour l’esprit nonsensique. Chaque texte semble amorcer un récit ou esquisser un tableau mais c’est pour procéder aussitôt à l’interruption, à l’effacement, à l’autodestruction. La sous-culture du consumérisme se mêle aux bribes dégradées des rêves de l’enfance, aux souvenirs estompés d’une littérature en décomposition. La pop culture est en gestation et Carnaby Street dans le quartier de Soho en devient le cœur ! Panero témoigne en éclaireur de cette émergence provocatrice, sous couvert de libération, dans une société mercantile et sans âme…
Tarzan est trahi, Icare n’est plus qu’un jouet volant. Peter Pan s’est métamorphosé en Peter Punk, et après le désespoir de Nevermore, c’est Neverland qui assassine les derniers rêves fondateurs ! Le monde est entré en apocalypse, le suicide planétaire suit inexorablement son cours, dans l’indifférence ou l’hystérie collective d’une jeunesse en rupture qui refuse l’ordre établi mais n’a guère, ou pas du tout, de conscience historique. Ainsi, l’écriture de Panero s’avère révélatrice de cet état d’inachèvement fatal, de déliquescence physique et psychologique, qu’il a vécu ou subi lui-même comme les fans déjantés du groupe londonien fétiche, les tagueurs urbains profanateurs, les trublions destructeurs des emblèmes de la spéculation médiatico-culturelle omniprésente.
Victor Martinez précise dans une postface éclairante que Panero qui parlait plusieurs langues et avait beaucoup étudié a été influencé par la lecture de Deleuze, tout particulièrement Porcelaine et volcan et Renverser le platonisme. La logique du sens dans la pensée dominante est devenue pour lui un autre LSD qui nous renvoie le miroir de « la nouvelle économie libidinale occidentale ». Derrière la loufoquerie, la parodie, le mélange des genres ou des références (de King Kong à Maïakovski, du joueur de flûte de Hamelin aux dix commandements, de Sacco et Vanzetti à Mandrake, etc.), le recueil de Panero témoigne de la diffraction kaléidoscopique du monde asphyxié par « le stupéfiant image » (Aragon) multiplié à l’infini en succédanés publicitaires ou en répliques de pacotille. Si Leopoldo Maria Panero s’est autodétruit dans la drogue, l’alcool et la folie, il représente dans l’Espagne actuelle une voix solitaire, terriblement singulière, par son humour subversif et désespéré. Une multitude pourrait craindre aujourd’hui de s’y reconnaître… " 
Michel MÉNACHÉ, in Europe n°1041-1042, janv-fév. 2016 

Ainsi fut fondée Carnaby Street, de Leopoldo María Panero
Traduit de l'espagnol par Victor Martinez et Aurelio Diaz Ronda. Le grand os, 2015 

 

23 févr. 2016

Quoi faire | une lecture de Lou Dev



Sur le site Un dernier livre avant la fin du monde, Lou Dev, libraire, grande lectrice et géneureuse passeuse (elle anime le blog Lou et les feuilles volantes) a joliment parlé de Quoi faire de Katchadjian. Avec un peu de retard, nous donnons ici le lien vers l'article et un extrait : 
" La question obsède. L’absence de réponse oppresse. La décision devient imminente. Faire, décider. Face à la subjectivité du choix, à l’impossibilité de prédire si cela va mal tourner et pourquoi, agir ou non. Ne pas savoir ce dont on est capable. Être, à l’instar d’Alberto et du narrateur, à la fois acteur et spectateur de soi-même et du livre. Sortir de la paralysie induite par l’état nerveux et réduire le nombre des possibilités par des choix délibérés : « Il faut agir et se tromper comme le Che ». Rester immobile pour toujours ou se jeter à l’eau. Tout est là. En cent pages placées entre nos mains comme une bombe. La possibilité – ou non – de la liberté. L’on sent bien que l’on touche du doigt cette grande réponse qui se dérobe. Quand elle nous échappe, l’on rit de l’absurde. On se dit que dans ce fou rire, peut-être, on la rejoint. Qu’en tout cas l’on va continuer de l’y chercher, et que l’on ne lira certainement plus comme avant. Poc ! Fictions nocturnes et prose hypnagogique, nous dit le Grand Os. Et c’est bien joué. "
Lou Dev. 29 octobre 2015. Lire la chronique complète

Quoi faire, roman de Pablo Katchadjian (éd. Le grand os, mai 2014)  
traduit de l'espagnol (Argentine) par M. Gómez Guthart et A. Diaz Ronda.




2 déc. 2015

Muerto Coco & Le Grand Os / Toulouse / 8 déc.




Cave-Poésie, Toulouse
Mardi 8 décembre 2015 à 19h30

collectif marseillais dédié à la poésie contemporaine
propose une lecture musicale
de textes publiés par les éditions Le Grand os

dans le cadre des Rugissants

entrée : 5€ 
(10€ avec le spectacle qui suit) 

22 nov. 2015

Folies de livre 2015 / 4-5 déc / Mérignac (Gironde)



Le Grand Os vous attend à 

Folies de livre 2015 
Triennale du livre d'artiste 

SALON-VENTE
10 artistes & éditeurs 
à la rencontre du public sur le thème de la matière
 
Vendredi 4 décembre de 13h à 19h
Samedi 5 décembre de 10h à 17h 
entrée libre
 
Médiathèque municipale de Mérignac 
19, Place Charles de Gaulle
33700 Mérignac
Tél. : 05 57 00 02 20
 

2 nov. 2015

Salon L'Autre Livre 2015 / Paris




Le grand os vous attend sur le stand D-07 au 13e salon international des éditeurs indépendants, L'Autre Livre, qui se tiendra à l'Espace des Blancs-Manteaux, dans le Marais, à Paris, du vendredi 13 au dimanche 15 novembre 2015

À l'occasion de la parution du recueil Ainsi fut fondée Carnaby Street de Leopoldo María Panero, rencontre-lecture autour de l'œuvre du poète espagnol disparu l'an dernier, animée par ses traducteurs, Victor Martinez et Aurelio Diaz Ronda, le samedi 14 novembre de 18h à 19h dans la salle de conférence, au 1er étage de l'Espace des Blancs-Manteaux.
  


Salon L'Autre Livre


Espace des Blancs-Manteaux


48 rue Vieille-du-Temple


75004 Paris 


(Métro Hôtel de Ville)



Entrée gratuite 





vendredi 13 / 14h-21h


samedi 14 / 11h-21h


dimanche 15 / 11h-19h

22 oct. 2015

À propos de "Ainsi fut fondée Carnaby Street" (2)



Julien Delorme, sur le site Addict-Culture, donne sa lecture de Ainsi fut fondée Carnaby Street de Leopoldo María Panero (Le Grand Os, 2015). Extrait et lien vers l'article :
Le recueil est composé de textes courts (de quelques mots à une page et demie) et puissants. Ne s’encombrant pas de cohérence, l’auteur alterne listes, collages saccadés et scénettes comme extraites de la littérature pulp la mieux troussée. On ne trouvera certes pas de lien direct dans l’écriture de Panero – expérience limite –, mais bien des jeux de réponse d’un texte à l’autre, et surtout une manière tout à fait singulière d’emprunter des thématiques, des motifs et des personnages de toutes origines. Le recyclage des fantasmes et des influences est total et le monde de Panero ressemble à ces coffres de jouets dépareillés permettant aux enfants d’improviser des histoires avec une poupée, un GI Joe et trois petits soldats…
Julien Delorme. Lire l'article complet

Ainsi fut fondée Carnaby Street, de Leopoldo María Panero
Traduit de l'espagnol par Victor Martinez et Aurelio Diaz Ronda. Le grand os, 2015 


21 sept. 2015

Ainsi fut fondée Carnaby Street / Leopoldo María Panero




titre : Ainsi fut fondée Carnaby Street 
auteur : Leopoldo María PANERO 

traduit de l'espagnol par Victor Martinez et Aurelio Diaz Ronda 
postface de Victor Martinez 


88 pages / 13 x 18 cm / dos carré collé 
couverture à rabats (dessin : Luciano & Milo - conception graphique : t2bis)
isbn : 978-2-912528-22-3 / éditions le grand os / collection Qoi 

titre original : Así se fundó Carnaby Street (1970)


parution :  21 septembre 2015 

12 € (+ 1,50 € de frais de port) 


La poésie tranchante et tendre de la mort du rêve dans la dissolution mercantile, entrevue dès 1970.  
Hugues Robert 


4e de couverture

" C’était l’hiver. Certains personnages du monde sillonnaient la ville. Pergolèse, les trafiquants et la Belle au Bois Dormant racontent qu’ici, pendant un temps, un « désir d’être peau rouge » s’empara de nous. Il ne reste plus de tout cela que les « Enfants Perdus » qui, au « Pays du Plus Jamais », permirent de fredonner des hymnes aux rêves « mieux que la réalité ». Des gens qui ne se connaissaient pas entendirent la rumeur d’un livre – enfin, il y avait un livre ! Un certain Flash Gordon et un certain Roger Waters se mirent en contact ; une fille de la Gran Vía et Antonello de Messine devinrent de très bons amis ; la reine des Chats et Bonnie and Clyde firent un voyage ensemble. C’est alors qu’il y eut des messages et des appels, des mots de passe. Le Balafré était arrivé au village sans écharpe rouge et sans arguments. Tout le monde le savait : c’était un jeune poète et son livre répondait au nom étrange de Carnaby Street. 
La secte des « panériens » grandit en silence, sans laisser le temps aux cœurs solitaires de se refroidir aux carrefours des rues. Les lecteurs, une lueur spéciale dans les yeux, parlaient d’un rapport mystérieux à Carnaby. La confusion empêchait de comprendre que chaque lecteur s’était transformé en amant. La légende d’un individu déconcertant, espagnol par-dessus le marché, qui avait assisté à la « Première à Londres de Mary Poppins » et qui, probablement, connaissait Syd Barrett de Pink Floyd, circula jusqu’au paroxysme. Certains jours, à certaines heures, un jeune homme s’approchait du kiosque en chuchotant quelques mots comme une oraison. Les libraires ne comprenaient pas. Lui, désirait ardemment, peut-être même sans avoir feuilleté les pages de « Tarzan trahi » ou de « Autres poèmes », un livre intitulé Así se fundó Carnaby Street. On était en mars de l’année 1970. "
Jordi Jové, extrait de « Así se fundó Leopoldo María Panero », 1986. 

L'auteur 
 
photo : Cèsar Malet (1970)
Leopoldo María Panero (1948-2014), fils d’un poète officiel du franquisme, a été poète, traducteur, nouvelliste, essayiste. À la parution de Así se fundó Carnaby Street, l’auteur a 22 ans et déjà, derrière lui, toute une vie d’écriture et d’expériences-limites : il a connu les geôles de la dictature pour agitation politique, l’internement psychiatrique pour consommation de stupéfiants, plusieurs tentatives de suicide, l’alcoolisme... À partir des années 80, diagnostiqué schizophrène, il séjourne, sans interruption et jusqu’à sa mort, dans différents asiles de fous (l’écrivain récuse la dénomination « hôpital psychiatrique »). Figure à la fois isolée et majeure des Lettres espagnoles, poète autodestructeur à l’humour subversif, qualifié souvent, à tort ou à raison, de maudit, Leopoldo María Panero est à lui seul un phénomène culturel et intellectuel qui fascine plusieurs générations de lecteurs, fous et moins fous. Son œuvre, abondante, témoigne d’un engagement, d’une intelligence et d’une culture qui expliquent sans doute la place singulière qu’il occupe dans son propre pays, hors de toute filiation et communauté poétiques, malgré l’amitié fidèle, entre autres, d’un poète de l’envergure de Pere Gimferrer.


Revue de presse 

« S’appuyant sur une redoutable maîtrise de ce qu’on ne nomme pas encore, en ces années-là, la "pop culture", Panero cultive une vision à la fois hallucinée et affûtée de la mort programmée des rêves d’enfance et de la dissolution mercantile qui s’annonce déjà sous couvert de "libération". » 
Hugues Robert, librairie Charybde, 5 juin 2015. Lire tout l'article 
  
«  Le monde de Panero ressemble à ces coffres de jouets dépareillés permettant aux enfants d’improviser des histoires avec une poupée, un GI Joe et trois petits soldats ; ou mieux encore, de ces constructions adolescentes consistant à coller sur un mur articles de presse, morceaux de textes, dessins et photographies en un cadavre exquis toujours en expansion, sorte de témoignage à l’instant T de la construction d’un individu. » 
Julien Delorme, Addict-Culture, 22 octobre 2015. Lire tout l'article
  
« L’écriture relève du poème en prose, dans la lignée d’Aloysius Bertrand, pour les tableaux insolites, de Lautréamont, pour la cruauté ludique et, hors parenté littéraire, d’un Pierre Dac ou d’un Alphonse Allais pour l’esprit nonsensique. Chaque texte semble amorcer un récit ou esquisser un tableau mais c’est pour procéder aussitôt à l’interruption, à l’effacement, à l’autodestruction. » 
Michel Ménaché, Europe n°1041-1042, janv.-fév. 2016. Lire tout l'article

« Critique et mélancolique, riche et déjanté, maudit et iconique : tel est, à l'image de Leopoldo María Panero, Ainsi fut fondé Carnaby Street. Recueil poétique et geste politique sous ses airs publicitaires et fragmentés, provocateur et polémique sous ses dehors légers, britannique et hispanique de cœur et d'âme, ancré et déraciné, marqué par son époque et ses origines, manifeste d'une jeunesse perméable et réfractaire asphyxiée par le régime et attirée par l'appel d'air de l'étranger, fatiguée du franquisme et éreintée par le divertissement. » 
Eric Darsan, 19 février 2016. Lire tout l'article