24 oct. 2011

Nanodrame 4 / Jean-François Magre


cliquer sur les images pour les agrandir 









  

2 commentaires:

djici a dit…

Les magazines sont nombreux à traiter les ravages cutanés? A les traiter de quoi?... Ou bien on se frotte avec?... Pas plutôt "à traiter des"? Je suis peut-être un peu tatillon, ou académique, mais bon, si c'est pour la postérité, faut faire un peu gaffe, les mecs, le futur vous scrute déjà impitoyablement... Ou alors peut-être que ça se dit... Ou que ça ne se dit pas, ou moins, ou qu'on s'en fout ce qui se dit ou se dit pas, je me mets à douter, ou que je suis con, ou les trois... Les magazines sont nombreux à traiter les ravages cutanés... Bon... peut-être... finalement... même si ça fait bizarre et que ça donnerait l'idée plutôt de se frotter avec (un magazine) pour se soigner d'un prurit ou d'un impétigo, mais pourquoi pas, ça marche peut-être... Mais autrement, hein, bravo!

J-F Magre a dit…

Cher Djici, je comprends votre remarque, mais la forme transitive est correcte ("traiter un sujet"). J'aurais pu aussi employer la forme transitive indirecte ("traiter de"), mais la petite chausse-trappe de sens est volontaire, ce trompe-l'oeil prophylactique "fait bizarre" comme vous dites et laisse en effet s'immiscer l'idée "de se frotter avec". Cela marche-t-il ou pas ? La question reste ouverte. Merci en tout cas de votre lecture attentive, il est vrai que des fautes peuvent subsister dans ces textes. Pour la postérité, vous avez raison, il faut être vigilant, c'est une maladie qu'on attrape facilement et nous sommes loin d'avoir trouvé le remède. Bien à vous.